Helene Allain & Rudy Cambier

ÇA VEUT DIRE QUOI POUR VOUS,
INSPIRER POSITIVEMENT LA SOCIÉTÉ ?

Helene-Alain
Helene Allain
Rudy Cambier

Directrice du programme Shiftlab & co-dirigeant du Liberté Living-lab

Les récentes crises sociales, environnementales, économiques et sanitaires démontrent combien certains acteurs et écosystèmes peuvent inspirer de nouvelles dynamiques créatrices de valeur dans la société par les solutions qu’elles apportent à ses besoins fondamentaux. 

Ainsi, depuis quelques années, la poursuite d'objectifs d'impact social et environnemental positif dépasse très largement le seul périmètre de l’entrepreneuriat social et solidaire et des écosystèmes startups et associatifs: en témoigne la montée en puissance des mouvements «Tech for Good» ou encore le succès du mouvement des entreprises à mission et «B Corp».

Nous sommes convaincus que des acteurs et actrices pionnier.e.s expérimentent déjà les modèles capables d’inspirer dans leur sillon des secteurs entiers.

Pourtant : la neutralité carbone, la sauvegarde de la biodiversité, le partage de la valeur créée par les entreprises avec leurs parties prenantes ou encore la redynamisation des territoires demandent une évolution profonde de paradigme,  en plaçant les enjeux sociaux et environnementaux au cœur des modèles économiques et financiers, privés et publics historiques et émergents, dans de nombreux secteurs et sur tous les territoires.

Comment inspirer cette transformation structurelle de l’économie?
Comment activer chez des acteurs hétérogènes la même volonté de changer?
Comment les aider à passer à l’acte si on ne leur démontre pas que de nouveaux modèles alignés sont possibles ?   

Au Liberté Living-lab, nous sommes convaincus que des acteurs et actrices pionnier.e.s expérimentent déjà les modèles capables d’inspirer dans leur sillon des secteurs entiers. Nous les mettons en lumière via “Shiftlab”, un programme de recherche-action et d'expérimentation autour des modèles qui alignent impact social-environnemental et création de valeur économique.

De nombreuses entreprises pionnières placent d’ores et déjà les enjeux sociaux et environnementaux au cœur de leurs modèles, elles font également le choix d’expliquer la mise en œuvre de ces modèles, et de partager leurs réussites et leurs échecs, pour que d’autres puissent s’en inspirer.

L’inspiration peut aussi se faire à l’échelle de territoires : des villes à l’avant-garde repensent leurs stratégies de développement économique prioritairement à partir des besoins sociaux de leurs habitants et des enjeux environnementaux de leurs territoires.
 

Des modèles néo-industriels, comme Ynsect dans le secteur agro-alimentaire, qui intègre dans sa production la préservation des ressources et de la biodiversité; ou Fairphone qui développe des téléphones mobiles éco-responsables adossés à un modèle social robuste. 

D’autres grands acteurs industriels historiques ont également fait évoluer leur business model en plaçant le social, la santé ou encore l’économie circulaire au cœur de leurs stratégies produits et de leur transformation globale, comme le Groupe Seb. 

L’inspiration peut aussi se faire à l’échelle de territoires : des villes à l’avant-garde repensent leurs stratégies de développement économique prioritairement à partir des besoins sociaux de leurs habitants et des enjeux environnementaux de leurs territoires : Amsterdam aux Pays-Bas qui repense le modèle économique de la ville autour de la tension entre besoins sociaux élémentaires et plafond écologique, Preston au Royaume-Uni qui crée une banque communautaire locale pour accompagner le tissu entrepreneurial ou encore Helsinki en Finlande qui intègre des critères de neutralité carbone dans ses marchés et achats publics.

Les médias peuvent jouer un rôle important en relayant les initiatives de ces acteurs inspirants, en s’en faisant chaque jour les relais auprès de celles et ceux qui ne demandent qu’à comprendre pour, à leur tour, s’engager dans ces transformations.

Aujourd’hui, des fonds d’investissement à impact et à “capital patient” voient le jour comme CoopVenture ou 2050 : ceux-ci permettent aux entreprises de croître à leur rythme, de concilier développement économique et impact et de créer dans ce laps de temps des emplois sur les territoires.

Des tiers-lieux comme l’Hermitage dans les Hauts-de-France équilibrent intérêt général et rentabilité financière, et expérimentent localement des projets de décarbonation ou de circuits courts qui participent à la transition écologique et sociale du territoire.

Des associations comme Fermes d’Avenir entendent accélérer la transition agricole en France en accompagnant les exploitants, en préservant le capital naturel planétaire (eau, sols, climat, biodiversité…) et en garantissant une activité viable et résiliente pour les agriculteurs à travers le développement de modèles économiques pérennes.


Ces quelques exemples témoignent d’un mouvement de fond, qui prend d’autant plus de poids que les modèles créés sont durables économiquement. Les médias peuvent jouer un rôle important en relayant les initiatives de ces acteurs inspirants, en s’en faisant chaque jour les relais auprès de celles et ceux qui ne demandent qu’à comprendre pour, à leur tour, s’engager dans ces transformations : qu’ils / elles soient consommateurs / consommatrices, entrepreneur.e.s, acteurs publics, grands groupes, chercheurs ou tout simplement citoyen.ne.s.

 

Helene Allain, directrice du programme Shiftlab et Rudy Cambier, co-dirigeant du Liberté Living-lab